dimanche 20 janvier 2013

Le mont Wudang, mythes et légendes (1ère partie)

Le mont Wudang (Wudangshan) est aujourd'hui connu des pratiquants du monde entier. Considéré en Chine comme un haut lieux historique pour la pratique des arts martiaux, il est souvent associé au Taoïste Zhang sanfeng et à la création de la boxe Taiji (Taijiquan) voir même de l'école interne de boxe (Neijiaquan). En occident, Wudangshan est connu comme "le berceau des arts martiaux internes chinois"...



Magnifique démonstration par Ismet Himmet et ses élèves à Wudangshan



Si la relation entre le mont Song (Songshan), où se trouve le monastère Bouddhiste de Shaolin, et certaines école de boxe est très claire, il n'en est pas de même pour le Wudangshan, dont certains Sinologues ont déjà prouvé qu'il n'avait, en fait, aucun lien avec la création du Taijiquan ou d'une quelconque boxe.
La tradition étant très souvent à l'origine de la création des mythes populaires, nous sommes alors en droit de nous demander quelle est la relation qui unit véritablement l'art martial chinois et ce lieu de pèlerinage Taoïste ?

Plutôt qu'une montagne, Wudangshan est, en fait, un ensemble montagneux situé au nord-est de la région du Hubei. Il accueille plusieurs temples taoïstes dont la construction remonte, pour la certains, au quinzième siècle. Les premières mentions historiques faites à propos de Wudangshan datent du 5ème siècle et en parle comme d'un lieu de retraite fréquenté des taoïstes et célèbre pour la grande variété de plantes médicinales que l'on peut y trouver. Mais c'est sous les Tang que Wudangshan fini par devenir un lieux important dans la géographie sacrée de la Chine.



Le précipice du sud ou "précipice du ciel pourpre" (紫霄岩)



Le nom "Wudang" (武当 / le guerrier réalisé) fait référence à la divinité Taoïste Xuanwu (玄武 / le guerrier sombre) et c'est l'empereur Yongle des Ming qui ordonna la construction des temples à cet endroit, déjà célèbre pour les taoïstes, afin d'y vénérer cette divinité.

Xuanwu, comme la plupart des divinités du panthéon taoïste est la représentation personnifiée d'une force de la nature, d'un principe originel, d'une force spirituelle.
Dans le zodiaque il représente les "sept maisons astrales du nord", la grande ourse  (Beidou).
Dans les 4 orients, il est le Nord et donc l'élément Eau, la "couleur" noire associée à l'élément Yin, aux essences corporelles et aux pulsions primaires, à l'aspect sombre et mystérieux de la nature. Il est représenté sous sa forme animal par une tortue et un serpent entrelacé.




Une statue de Xuanwu trouvée à Wudangshan et datant de l'époque Yongle des Ming (Musée provincial du Hubei)


Le terme Xuan (玄 / Sombre, obscure, mystérieux, occulte) est récurent dans le Taoïsme pour désigner l'aspect Yin, obscure, de l'univers. On le retrouve dans la mythologie chinoise et le Taoïsme primitif dans l'évocation de Xuannü, déesse guerrière ou de Xuanpin, la "femelle mystérieuse" évoqué par Laozi.

Il semblerait que le taoïsme primitif ait accordé une place toute importante à ce principe mystérieux à ne pas confondre avec le courant taoïste dit "Xuanxue" ou "étude du mystère", lequel n'est autre que le néo-taoïsme dans sa forme philosophico-religieuse.





A suivre...