lundi 13 février 2017

Adam Mizner : Un niveau exceptionnel

En mars prochain, Adam Mizner sera en stage à Paris pour la seconde fois. L’intitulé de l’événement, « Internal power workshop » (en anglais, « stage sur la force interne ») est assez révélateur de l’enseignement divulgué par cet Autralien au parcourt hors norme et au niveau hors du commun…

Mes premières impressions, en voyant une démonstration d’Adam Mizner dans l’exercice du Tuishou furent identiques à celles que j’avais pu avoir en voyant cette fameuse vidéo dans laquelle le célèbre maitre Ma yueliang, gendre de Wu jianquan et dernier grand représentant du style Wu de Taijiquan, « baladait » ses partenaires sans utiliser une once de force en se jouant d’eux comme de poupées de chiffon. Il m’avait tout de suite sauté aux yeux que cet occidental avait déjà accomplit à un jeune âge un niveau de dextérité dans son art qui dépassait de loin ce que j’avais eu l’habitude de voir, y compris lors de mes nombreuses rencontres en Chine.


Magnifique démonstration de Tuishou du maître Ma yueliang  


Adam Mizner n’a pas construit sa renommé sur la place qu’il occupe dans la lignée d’une école, ni, comme c’est parfois encore d’usage en Chine, en se prosternant à genoux devant un grand maître, empruntant ainsi un peu de sa célébrité, mais bien sur ses capacités (Gongfu).

Son Gongfu avait, d'ailleurs, vivement marqué les esprits lors de la démonstration qu’il fit en 2010 à Kuala Lumpur lors de la célébration du 100ème anniversaire du défunt maitre Huang xingxian, devant une assemblée de maîtres et d’experts de cette lignée (dont il est également un représentant).
Il fait désormais partit de ces rares occidentaux auprès desquels les chinois viennent apprendre (ou réapprendre) leur art, choses inconcevable lorsque l’on connaît la fierté qui est la leur pour ce qui relève de leur tradition. Il a ainsi été récemment nommé  conseillé technique pour la branche Taïwanaise de l’école Huang xingxian après y avoir dirigé un stage orienté sur la pratique du neigong.


Démonstration d'Adam Mizner et ses élèves au 100ème anniversaire de Huang xingxian


Le neigong, c’est le fer de lance d’Adam. C’est ce qu’il essaie de faire passer avant tout lors de ses stages. Sans se focaliser sur la forme ou les enchainements (dont il maîtrise également nombreuses subtilités dans les formes de Huang Xinxiang et de Yang shaohou), son enseignement permet aux pratiquants d’autres écoles de suivre ses leçons et d’en retirer un bénéfice. En enseignant comment générer la force par le relâchement et à la mettre en applications au travers des divers exercices de poussée de main (Tuishou), décortiquant ceux ci comme seul celui qui en a compris les fondements peut le faire, il exprime les différents principes qui sont exprimés dans chacune des techniques de l’enchainement, nous laissant libre de les intégrer par la suite, quelle que soit notre forme. Mais, en suivant son enseignement, on réalise surtout à quel point le travail sur l'esprit est important si l'on souhaite maîtriser les subtilités du fonctionnement du corps dans le relâchement.  



Formes et mise en pratique du Taijiquan de l'école Yang



Ses explications, limpides, montrent que sa maîtrise est bien le fruit d’un long travail de recherche qui lui a permis de comprendre ce qui semble incompréhensible aux yeux de la plupart des pratiquants. Ses démonstrations, quant à elle, semblent parfois relever de la magie tant la finesse de son travail est extrême et ses mises en situations librement improvisées face à des pratiquants de tous gabarit et de tout niveau sont, alors, la preuve qu'il n'y a aucun trucage !

De mon avis, Adam Mizner est aujourd'hui un des rares pratiquants de Taijiquan capable de démontrer son art à un tel niveau de pratique...  


Stage d'Adam Mizner à Vincennes les 18 et 19 mars 2017
Renseignements et inscriptions : hme.mars2017@gmail.com